All for Joomla The Word of Web Design
18
octobre lundi

López Obrador appelle Joe Biden à lever le blocus contre Cuba

0915-lópez-obrador.jpg

Mexique, 16 septembre (PL) Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a appelé aujourd’hui le président des États-Unis, Joe Biden, à agir avec grandeur et à mettre fin pour toujours au blocus et à la politique d’injustice envers Cuba.

Dans un discours pour le 211ème anniversaire de l’indépendance du Mexique, par lequel il a ouvert le traditionnel défilé militaire commémorant l’entrée de l’armée Trigarante à Mexico en 1821, le mandataire a réitéré son avis exprimé en juin dernier au Castillo de Chapultepec sur la grandeur du peuple cubain.

Devant le président cubain, Miguel Diaz-Canel, invité spécial pour cette commémoration, López Obrador a réaffirmé que Cuba représente un peuple qui a su, comme peu de personnes dans le monde, être fidèle à sa continuité historique et faire valoir son droit de vivre libre, sans permettre l’ingérence d’aucune puissance étrangère.

J’ai dit et je répète que nous pouvons être d’accord ou non avec la Révolution cubaine et son gouvernement, mais avoir résisté 62 ans sans soumission est un incontestable exploit historique.

Pour sa lutte pour la défense de la souveraineté, le peuple cubain mérite le prix de la dignité et l’île d’être reconnue comme la nouvelle Numance pour son exemple de résistance, et je pense que pour cette même raison elle devrait être déclaré patrimoine de l’humanité, a-t-il manifesté.

J’ajoute maintenant que le gouvernement que je représente appelle respectueusement les États-Unis à lever le blocus contre Cuba parce qu’aucun État n’a le droit de soumettre un autre peuple, un autre pays.

Il faut rappeler ce que disait Washington : les nations ne doivent pas profiter du malheur des autres peuples. En d’autres termes, il est déplorable que le Gouvernement des États-Unis utilise le blocus pour empêcher le bien-être du peuple cubain, pour que celui-ci se voit obligé de faire face à son propre gouvernement, a déclaré Lopez Obrador.

Si cette stratégie perverse, a-t-il estimé, réussissait, ce qui ne semble pas probable, elle se transformerait en un triomphe (…) vil (...), en une tache de celles qui ne s’effacent même pas avec toute l’eau de l’océan. La compréhension, le respect mutuel et la liberté sans condition ni arrogance sont les meilleurs solutions.

Il a cité en exemple l’attitude de l’ancien président nord-américain Jimmy Carter, qui a su s’entendre avec le général Omar Torrijos pour rendre au Panama sa souveraineté sur le canal.

Puisse Biden, qui possède suffisamment de sensibilité politique, agir avec cette grandeur et mettre fin pour toujours à la politique d’injustice envers Cuba, a déclaré López Obrador.

C’est l’heure de l’amitié, pas de la confrontation. Le choc peut être évité et l’intérêt pour la souveraineté et l’amour doit prévaloir, a-t-il conclu.